Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2016

Journal

Après une grosse année de préparation, d'échanges grammaticaux, de joutes littéraires, de travail dans l'ombre, de corrections et d'incorrections, lancement de mon recueil de nouvelles Arthrite et cataracte lors de la remise du prix Don Quichotte de Rueil-Malmaison, dimanche 19 novembre 2016.

Une belle affluence pour cette première, des rencontres attendues, d'autres imprévues, toutes aériennes et guillerettes. Une séance de dédicaces et des âmes bienveillantes pour accueillir mon premier ouvrage, en compagnie de mon parrain de piques, Fabien Pesty.

Merci à l'incontournable Marie-Line Musset, organisatrice de l'événement et amie chère, à Pascale Ohana qui m'a soutenu corps et âme dès sa première lecture avec un cœur gros comme ça, à l'ensemble de l'équipe de la bibliothèque Jacques Baumel et à mon éditrice Florence de la Guérivière (éditions In&Dits). Sans oublier Stan, hébergeur botaniste à sa façon et mon frère pour le soutien !

Mickael Feugray, éditions inédits, arthrite et cataracte.

Écrit par Mickael Feugray dans Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

20/11/2016

Prix Don Quichotte 2016

896.jpgLe prix Don Quichotte 2016 connaît son palmarès, sous la présidence de Tania Sollogoub.

Vous avez été 88 nouvellistes à briguer le premier tour, 20 distingués au second tour, après écrémage des différents usurpateurs d'identité et autres recycleurs de nouvelles écumées ailleurs.
 
Après deux phases de sélection (septembre puis octobre) de nouvelles tissées autour d'un cliché du photographe Vincent Descotils, les dix jurés (dont je suis) se sont mis d'accord sur les 5 lauréats.
 Vincent Descotil - Le lac.jpg
Quelle bataille cette année ! J'en tremblote encore (à moins que l'alcool aidant...).
Entouré d'hurluberlus tels que Fabien Pesty, Yohann Brossart, Raphaël Besnard, Christophe Soresto et Baptiste Ledan, mais aussi de déesses telles que Sylvie Dagallier, Violette Dupont, Tamara Serpinsky, Sylvie Paz, Pascale Varlet, Julie Sanchez-Chokor, et d'une vieille DS qui passait par là (Marie-Line Musset), il a fallu du muscle et de la salive.
 
Une lutte sans merci s'est jouée dans les locaux gigantesques de la médiathèque Jacques Baumel de Rueil-Malmaison. Y'a eu de la castagne, du gnon et de la morve, enfin, pas avec Fabien qui tendait sa carte d'handicapé à chaque levée de poing, mais entre gens de poigne, ça n'a pas été de tout repos. Personnellement, j'ai failli perdre un œil, et je dois bien admettre qu'une dent sur pivot, c'est dans le thème mon cher Bernard, mais ça ne résiste pas outre mesure à la littérature.
 
Voici donc l'origine du conflit :
Prix spécial du jury : Un noyé constant de Robert Ballestra (Vitry sur Seine)
1er prix : Gglarf de Thibaud Benoît (Sainte Catherine)
2ème prix : Le revenant du val de Loredana Cabassu (Suisse)
3ème prix : Le jeune homme et la mémère de Stéphane Kirchacker (Saclay)
Nouvelle Rueilloise : Derrière le bosquet de Maryse Vannier (Rueil-Malmaison)
 
Un palmarès qui fait la part belle à l'humour cette année, avec des inspirations bien loufoques.
Quant à moi, je retourne chez ma dentiste, parce que le thème de l'an prochain s'annonce... crispé.
Mickaël Feugray.

Écrit par Mickael Feugray dans Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

30/05/2016

Bibliographie

LE LIVRE QUI A TERRIFIÉ STEPHEN KING ! *

Mickael Feugray, Sombres Félins, éditions luciférines.À peine sorti, qu'il fait déjà parler de lui. Procurez-vous la nouvelle anthologie horrifique des éditions Luciférines sur LES CHATS. Ça s'achète, ça s'offre, ça se loue, ça se prête, ça se nomme Sombres Félins, sous l'égide de son éditrice hyperactive Barbara Cordier, directement accessible sur le site des éditions contre un bifton ou deux.

De l'horreur au fantastique, de la nouvelle noire au polar, de la SF à la fantasy, il y en a pour tous les dégoûts. Il se peut même que j'y signe "Chatterton Blues", illustré par Nejma El Goumzili, dites-moi ce que vous en pensez, parce qu'honnêtement, j'peux pas me relire, ça fait trop peur !

Anthologie Sombres Félins, collectif, éditions Luciférines, mai 2016, 375 pages, 17.50 €. ISBN : 978-2-9548328-3-8

Mickael Feugray, Sombres Félins, éditions luciférines.

 ILS EN PARLENT... *

- Chuis pas une midinette, mais là, j'avoue, j'ai eu les miquettes ! (S. King)

- Trop de sang à mon goût, mais fichtrement bien utilisé !    (Q. Tarantino)

- Je ne pensais pas que l'humain pouvait aller si loin. (A. Hitler)

- Je ne pensais pas que l'humain pouvait aller si loin. (R. Siffredi)

- Je ne pensais pas. (D. Trump)

* Publicité mensongère (quoique).

Mickael Feugray, Sombres Félins, éditions luciférines.

1   – Caprices de Florence Barrier
2   – Meow 
d'Aaron Judas
3   – Le pré aux trembles 
de David Baquaise
4   – L’Enfer 
de Mahaut Davenel
5   – La Quête 
de Patrick Godard
6   – Sacha 
de Pierre Brulhet
7   – Blanc Comme Neige 
de Jeanne Sélène
8   – Étincelle dans la nuit 
de David Elbe
9   – Hachés menus comme chair à pâté 
de Vyl Vortex
10 – Moi, le chat 
de Morgane
11 – Chatterton Blues 
de Mickaël Feugray
12 – Heil Kitler 
d'Aude Cenga
13 – La Femme aux chats 
d'Henri Bé
14 - Les chats du Tard 
de François Fieroboe
15 – Ronronnements Infernaux 
de Bruno Pochesci
16 – Peau de chat 
de Noémie Wiorek
17 – La Cage aux fioles 
d'Eric Vial-Bonacci
18 – Les petits chéris 
d'Emmanuel Delporte
19 – Addiction 
de Marthe Machorowski

Crédits illustrations :
Couverture de l'ouvrage par Chris Vilhelm.
Le Chatférine par Ste's Strange Sketches.
Dégustation par Maniak.

Écrit par Mickael Feugray dans Bibliographie, Journal | Commentaires (2) |  Facebook |

11/01/2016

Bibliographie

Mickael Feugray, JFE, Jacques Flament éditions, l'ennui."Nous avons, en initiant ce recueil collectif, proposé à des auteurs et artistes en herbe, aguerris ou illustres, de décliner ce sentiment à leur manière, par les mots ou l’image, plus ou moins brièvement… 91 propositions nous sont parvenues.
Les voici, dans ce recueil, objet de papier hybride et atypique. Certaines font l’éloge de l’ennui, d’autres le rejettent avec force ou ironie.
Quel que soit votre état d’esprit vis-à-vis de cet état d’âme, vous devriez donc assurément trouver votre bonheur dans cet ensemble original, disparate et éclectique." JFE.

J'y signe le roman-photo intitulé "Globalement, les gens s'emmerdent" en (mauvaise) compagnie de Séverin Foucourt, disponible ici (le livre, pas Séverin, on ne peut jamais compter sur lui) (Séverin, pas le livre... c'est qu'on s'ennuie, non ?).

L'ennui, collectif, 2016, Jacques Flament éditions, 100 pages, 15 €. ISBN : 978-2-36336-237-7.

Écrit par Mickael Feugray dans Bibliographie, Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

15/12/2015

Bibliographie

Mickael feugray, les ancres noires.Nouvelle édition du recueil des Ancres Noires, cinq nouvelles et cinq photographies stylisées pour assouvir la passion sombre de l'association hyperactive. Après le festival Polar à la Plage (Juin 2015), le recueil regroupe les dix primés du concours sur le thème « Le moment où tout bascule », sous la présidence de Thierry Marignac. J'y signe la photographie Suicide sur les galets (p. 32) visible ici.

En vente à la Galerne et aux Yeux d'Elsa au Havre.

5 nouvelles noires, collectif, éditions du Havre de Grâce, 2015, 56 pages, 5 €. ISBN : 978-2-917416-24-2.

Écrit par Mickael Feugray dans Bibliographie, Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

27/11/2015

Journal

Mickael Feugray, clown triste, la musique est une arme, jason feugray, chanteur le havre, écrivain, auteur, groupe asphalte, rock havrais.

Écrit par Mickael Feugray dans Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

20/11/2015

Mickaël Feugray | Ailleurs (4'13)

Mickael Feugray, Ailleurs, chanson, écrivain, auteur, chanteur, parolier, Le Havre

podcast

AILLEURS (avec Jason Feugray)
(Mickaël Feugray)

À peine un instant au creux de la louve
Je me débats, j’exulte, refuse que l’on me couve
Naître au monde n’est pas une fin en soi

Sentir le temps qui passe, la valse de mon cœur
Loin des automates, je suis fait voyageur
Je me sens au tournant de mon calme tourment
Qui me fait toujours toujours toujours rêver d’ailleurs
Toujours rêver d’ailleurs… Qu’ai-je à toujours rêver d’ailleurs ?
Toujours rêver d’ailleurs

Entre chien et loup, entre moi et moi
Dans les courants contre, tiraillé de combat
Me jeter à l’eau ou au large

Toujours plier bagage, se faire la belle
Prendre la clef des champs pour disposer du ciel
Tirer sa révérence, ailleurs, ailleurs, ailleurs

Ailleurs, où le vent porte, ailleurs,
Ailleurs, où les âmes fuient, ailleurs
Ailleurs, où le masque se fait jour
Où l’étendue sauvage te ramène aux vautours

Ailleurs, humble et ramassé, ailleurs
Ailleurs, pauvre va-nu-pieds, ailleurs
Ailleurs, l’orgueil balafré et sourd
Aux angoisses sibyllines qui peuplent le séjour

J’ai toujours rêvé d’ailleurs
Qu’ai-je à toujours rêver d’ailleurs ? Rêver d’ailleurs…

Où le vent porte, ailleurs…
Où les âmes fuient, ailleurs…
Où la vie est en paix, ailleurs…

 

KL (LOGO).jpg

Guitare & voix : Mickaël Feugray.
Deuxième voix : Jason Feugray.
Violoncelle (à venir) : Olivier Bonmartel.
Enregistrement & mixage : Damien Lépine.
© Tous droits réservés.

Écrit par Mickael Feugray dans Discographie, Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

20/07/2015

Bibliographie

Mon p'tit doigt m'a dit, que Jacques Flament (Editions) sortait cette semaine un recueil de nouvelles tiré à 2500 exemplaires, dans lequel figurait le texte "Un rien au-dessus des pâquerettes" écrit par mon petit doigt lui-même.

mickael feugray,jfe,2015,prix vegaSi vous vous plongez dans sa lecture (en ligne sur le site de l'éditeur ou en commandant l'ouvrage), vous verrez que mon petit doigt trouve à redire sur la folie, la philosophie et l'art de nourrir les ours polaires.

La nouvelle est illustrée par Fanny Feugray, une fille, proche de mon petit doigt (enfin, je me comprends).

Niveau(x), collectif, Jacques Flament Editions, 2015, 204 pages, 10€. ISBN : 978-2-36336-209-4

Écrit par Mickael Feugray dans Bibliographie, Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

30/06/2015

Journal

Ils y ont mis le suspens - les bougres - on voit de suite à qui l'on a affaire ! Mais l'enquête est achevée et les résultats sont tombés peu après le festival « Polar à la plage » : ma photographie "Suicide sur les galets" a été plébiscitée par le public. 440 bulletins de votes, record d'affluence durant tout le festival.

Merci aux votants et à ma comédienne tout droit sortie des années 30 pour ce cliché. Elle figurera dans le recueil des Ancres Noires en fin d'année. Longue vie aux morts !

Mickael Feugray, 2015, Aline Lemercier, festival les ancres noires, polar à la plage, suicide sur les galets  Suicide sur les galets (photo du 25 mai 2015) avec Aline Lemercier.

Écrit par Mickael Feugray dans Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

15/05/2015

Prix VEGA 2015 pour Mickael Feugray

Mickael Feugray, prix vega, prix don quichotte, 2015, kaël, auteur, compositeur, interprète, Le havre.

Le prix VEGA se veut une référence nouvelle dans le domaine des concours littéraires, il s'honore d'un éditeur spécialisé (Jacques Flament éditions) et se dote d'un généreux pécule de 1000 €, ce qui n'est pas tout, mais n'est surtout pas rien !
Mille, c'est mille fois mes droits d'auteur écoulés cette année, c'est la distance du soleil à la lune divisée par le poids de l'âme. Mille, c'est une moitié de Cécil B., c'est le but ultime de la fléchette et vu ma maladresse cumulée à ma myopie latente, je suis bien chanceux de faire mouche. La révérence m'est donc attribuée cette année, merci au jury de passionnés, envers lequel je suis reconnaissant.

Faut-il pour autant baisser le pavillon de la gloriole pour VEGA Technique SAS ? N'est-ce pas le moment pour VEGA d'affirmer sa différence, d'annihiler la concurrence, de dépasser l'entendement et devenir le plus grand concours littéraire du millénaire ? Le Goncourt a commencé comme ça... Ils pourraient - je ne sais pas - multiplier les pains, changer l'eau en vin, ou plus simplement, sans tomber dans l'extrême, quadrupler les gains, octroyer une rente, sur deux trois générations à peine ?! Oui, dès cette année, nous parlons d'ambition, là, il s'agit d'aura, de réputation et de monopole littéraire à venir, VEGA émergerait du cosmos à offrir le prix à vie à ses lauréats, il marquerait le coup non ? On en parlerait à la machine à café, comme de Bill Gates ou Rika Zaraï, chez le médecin, sur le marché, peut-être même chez le coiffeur (signe extérieur de réussite absolue).

Je m'emballe peut-être un peu, en témoigne mon banquier, la vie d'artiste est de si mauvaise facture... Plus sérieusement, merci à ce mécénat inattendu, puisse-t-il en appeler d'autres, mettre l'accent tonique sur les arts et la création. Le petit monde de la nouvelle a besoin de telles initiatives.

Quant au quotidien, avis aux amatrices de littérature blanche : je serai donc célibataire toute la journée, le temps de me départir du gain :-) Longue vie aux cigales.

Écrit par Mickael Feugray dans Journal | Commentaires (0) |  Facebook |