Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2016

La hauteur de l'horizon de Fabien Pesty

Fabien Pesty, Paul et Mike, la hauteur de l'horizon, Mickael Feugray.

J'ai fini de lire ça cette semaine, et punaise, je m'en bidonne encore ! Le genre de lecture où vous vous dites : "- A quand le ouane manne chaud ? Y'en a d'autres ? J'veux la collèque ! Vite, filez-moi la suite impériale ! Il fait des films aussi, ce mec, des chansons, des croissants chauds, peu importe, j'veux tout de lui ?!" parce que, subitement, vous tombez amoureux d'un esprit vif et corrosif, d'un gratte-papier dans votre veine, d'un zigoto que vous aimeriez approcher, s'il n'y avait cette barrière de la starification, ce monde entre les brillants et les bracelets en toc.

Alors, pauvre cancrelat, las, vous n'avez plus que son nom aux lèvres, Fabien Pesty, désireux que d'autres y goûtent un peu : "- Tu connais Fabien Pesty ? Comment ? Tu connais pas Fabien Pesty ! Attends, si t'aimes Game of Thrones, Alain Souchon et le foie gras, faut absolument que tu te penches sur Fabien Pesty ! Tu peux pas passer à côté d'un zouave comme ça !"
Du jour au lendemain, vous mangez Fabien Pesty, vous buvez Fabien Pesty, vous draguez façon Pesty, vous éructez de manière pestylentielle et voyez la vie en rose, parce que tout Fa bien.

Ce chamboulement s'appelle la passion littéraire, c'est une exagération positive, un bénéfice à la fois rare et précieux, mais aussi moquable et risible, dans lequel il est bon de se vautrer dans le plus simple apparat, sans précaution ni demi-mesure ! Tout le monde ne comprendra pas cette attirance, beaucoup passeront à côté et remettront Nicolas Canteloup sur la Une, voilà bien tout le charme des ronces. Pour ma part, j'en redemande, d'autant que les croissants sont chauds. Et vous, tu connais Fabien Pesty ?!

Fabien PESTY, La hauteur de l'horizon, histoires à coucher debout, éditions Paul & Mike, 200 pages, 13€, ISBN : 978-2-36651-057-7.

Écrit par Mickael Feugray dans Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

01/12/2016

Journal

Mickael Feugray, éditions inédits, arthrite et cataracte, plein ciel, librairie, les ancres noires.

Alors, beaucoup me demandent : - On aimerait bien t'aider mon garçon (parce que les gens aiment m'appeler "mon garçon", peut-être parce que je suis un garçon, mais pas que, je le sens bien, y'a des "mon garçon" qui veulent dire plus), on aimerait bien t'aider, mais où que c'est t'y qu'on peut se le procurer, ton bousin, Arthrose et DMLA ? (parce que je connais principalement des politiciens, qui ont pour la culture et la langue française un goût modéré).

Alors, si toi aussi tu es politicien, modérateur de langue française ou simplement un lecteur curieux de nature, sache que tu peux t'octroyer ARTHRITE ET CATARACTE directement auprès de l'auteur, de sa minette, de sa génitrice, de sa frangine, de son frangin, de ses amis de strip poker, de ses amis de strip pétanque et de strip tennis, et si tu ne connais pas personnellement tous ces gens dénudés, ou qu'ils t'exaspèrent (moi-même, certains jours...), sache que tu peux en trouver dès aujourd'hui 5 EXEMPLAIRES (oui, on en est là) à la librairie PLEIN CIEL aux Docks Vauban du Havre (quai Frissard, centre commercial), premiers libraires à me faire confiance ! Des libraires à visage humain (et mignonnes comme tout) qui m'épaulent sans crier gare, avec sourire et naturel, et ça, ça fait plaisir tout plein ! (ciel)

(psiitt) (et pour les lointains, les casaniers et autres agoraphobes, n'importe quel poilu en ligne aura la référence) (tout comme le site des éditions Inédits évidemment, qui croule sous les commandes de Noël).

Papouilles chinoises à tous !

Écrit par Mickael Feugray dans Journal | Commentaires (1) |  Facebook |

21/11/2016

Arthrite et Cataracte de Mickaël Feugray

Mickael Feugray, éditions inédits, arthrite et cataracte.S'il est des livres qui sentent l'eau de Cologne et la pâte à dents, celui-ci en fait partie : jamais ouvrage n'a été si proche de sa perte ! Car c'est bien de déchéance, de rotules en carton et de hanches en carbone dont il est question dans Arthrite et Cataracte.

Mais attention, elle a du ressort la hanche d'Ursula, ils ont du rebond les genoux de Monsieur Hyacinthe. Faut pas s'y fier...

Et si nos vieux cachaient leur jeu ? Et si derrière l'apparente loufoquerie du texte se dressaient des portraits de passionnés de la vie, des symboles de résistance, qui ne lâchent rien, un peu moins légers qu'il n'y paraît ?

  • Mickaël FEUGRAY, Arthrite et cataracte, éditions In&Dits, novembre 2016, 128 pages, 11 €, format 12x19cm. (ISBN : 979-1-095666059)

En vente sur le site de l'éditeur, celui de la Fnac et auprès de l'auteur (pour une dédicace et un poutou en plus).

Fanny Feugray, illustration, illustratrice, dessin.

Illustration d'Ursula Gombrowicz par Fanny Feugray.

SOMMAIRE

01. Le coeur en miettes (pour Résine A.)
02. La vie entre parenthèses (d'Ursula Gombrovicz)
03. Le bleu nuit (de Vivette Cépadon)
04. La bibliothèque idéale (ou à peu près)
05. L'heure de vérité (du vieux cycliste pédéraste)
06. Les cocottes en papier (du scribouillard fou)
07. La retraite à cran (du couple Boursicote)
08. La trompette aphone (d'Octave Dulcimer)
09. L'existence trépidante (de Monsieur Hyacinthe)

Écrit par Mickael Feugray dans Bibliographie, Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

Journal

Après une grosse année de préparation, d'échanges grammaticaux, de joutes littéraires, de travail dans l'ombre, de corrections et d'incorrections, lancement de mon recueil de nouvelles Arthrite et cataracte lors de la remise du prix Don Quichotte de Rueil-Malmaison, dimanche 19 novembre 2016.

Une belle affluence pour cette première, des rencontres attendues, d'autres imprévues, toutes aériennes et guillerettes. Une séance de dédicaces et des âmes bienveillantes pour accueillir mon premier ouvrage, en compagnie de mon parrain de piques, Fabien Pesty.

Merci à l'incontournable Marie-Line Musset, organisatrice de l'événement et amie chère, à Pascale Ohana qui m'a soutenu corps et âme dès sa première lecture avec un cœur gros comme ça, à l'ensemble de l'équipe de la bibliothèque Jacques Baumel et à mon éditrice Florence de la Guérivière (éditions In&Dits). Sans oublier Stan, hébergeur botaniste à sa façon et mon frère pour le soutien !

Mickael Feugray, éditions inédits, arthrite et cataracte.

Écrit par Mickael Feugray dans Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

20/11/2016

Prix Don Quichotte 2016

896.jpgLe prix Don Quichotte 2016 connaît son palmarès, sous la présidence de Tania Sollogoub.

Vous avez été 88 nouvellistes à briguer le premier tour, 20 distingués au second tour, après écrémage des différents usurpateurs d'identité et autres recycleurs de nouvelles écumées ailleurs.
 
Après deux phases de sélection (septembre puis octobre) de nouvelles tissées autour d'un cliché du photographe Vincent Descotils, les dix jurés (dont je suis) se sont mis d'accord sur les 5 lauréats.
 Vincent Descotil - Le lac.jpg
Quelle bataille cette année ! J'en tremblote encore (à moins que l'alcool aidant...).
Entouré d'hurluberlus tels que Fabien Pesty, Yohann Brossart, Raphaël Besnard, Christophe Soresto et Baptiste Ledan, mais aussi de déesses telles que Sylvie Dagallier, Violette Dupont, Tamara Serpinsky, Sylvie Paz, Pascale Varlet, Julie Sanchez-Chokor, et d'une vieille DS qui passait par là (Marie-Line Musset), il a fallu du muscle et de la salive.
 
Une lutte sans merci s'est jouée dans les locaux gigantesques de la médiathèque Jacques Baumel de Rueil-Malmaison. Y'a eu de la castagne, du gnon et de la morve, enfin, pas avec Fabien qui tendait sa carte d'handicapé à chaque levée de poing, mais entre gens de poigne, ça n'a pas été de tout repos. Personnellement, j'ai failli perdre un œil, et je dois bien admettre qu'une dent sur pivot, c'est dans le thème mon cher Bernard, mais ça ne résiste pas outre mesure à la littérature.
 
Voici donc l'origine du conflit :
Prix spécial du jury : Un noyé constant de Robert Ballestra (Vitry sur Seine)
1er prix : Gglarf de Thibaud Benoît (Sainte Catherine)
2ème prix : Le revenant du val de Loredana Cabassu (Suisse)
3ème prix : Le jeune homme et la mémère de Stéphane Kirchacker (Saclay)
Nouvelle Rueilloise : Derrière le bosquet de Maryse Vannier (Rueil-Malmaison)
 
Un palmarès qui fait la part belle à l'humour cette année, avec des inspirations bien loufoques.
Quant à moi, je retourne chez ma dentiste, parce que le thème de l'an prochain s'annonce... crispé.
Mickaël Feugray.

Écrit par Mickael Feugray dans Journal | Commentaires (0) |  Facebook |

 
Google+